LETTRE D’INFORMATION AUTOMNE 2019

Chers toutes et tous,
Le CAIRH vous présente ses vœux pour cette fin d’année et a le plaisir de vous faire parvenir cette newsletter d’automne. Elle a été rédigée par Catherine Bédarida, qui rejoint ainsi l’équipe de bénévoles travaillant autour de la communication du Centre Roy-Hart. C’est une grande joie!
Nous sommes également fiers de vous annoncer qu’à Malérargues, l’installation d’une pompe à chaleur pour l’ensemble des studios est terminée et opérationnelle. Un projet très coûteux qui réduit considérablement notre empreinte carbone et les coûts de chauffage des studios. Cela nous permettra d’accueillir des ateliers, des cours, des répétitions et des événements tout au long de l’année. Bonne lecture !

Rencontres Janvier 2020 à Malérargues

L’association Centre Artistique International Roy Hart (CAIRH) invite ses membres à participer aux Rencontres du 3 au 6 janvier 2020, à Malérargues. Christiane Hommelsheim, vice-présidente, nous en dit plus.

Pourquoi ces rencontres ?
Nous souhaitons clarifier notre projet collectif, nous rencontrer, échanger de vive voix sur les questions, les désirs et les problèmes du moment afin d’améliorer la structure de fonctionnement.

Comment se déroulent ces quatre journées ?
Le programme est en cours d’élaboration par l’équipe d’organisation, qui comprend des membres du CAIRH et de son CA. Elle a rassemblé les propositions et les thèmes envoyés par les adhérents : chacun·e était invité·e à donner ses idées et à s’exprimer sur ce qui lui importe. On imagine commencer le matin par trente minutes tous ensemble : échauffement, voix, chant… Puis un temps de travail en plénière, structuré, avec l’aide d’un facilitateur, suivi d’un temps en petits groupes, avant un retour de tous en plénière. L’après-midi pourrait commencer par une heure consacrée à des retours ou d’autres propositions à voir en fonction des besoins. Ensuite, nous reprenons le travail en petits groupes autour de différents thèmes tels que : enseignement et transmission, activités artistiques, questions financières, organisation et structure de notre association… Ces thèmes sont élaborés par le groupe de préparation.

Quelle sera la suite de ces Rencontres ?
Ces journées peuvent permettre de prendre des décisions, de fixer des choses concrètes, voire de voter. Nous saurons mieux quels sont nos besoins collectifs et, pour le savoir, il est nécessaire de prendre ce temps ensemble, de se parler et s’écouter. Cette rencontre est un début de travail collectif qui pourrait, pourquoi pas, amener par la suite à d’autres rencontres de ce type afin de reconnaître les différentes problématiques et les débattre ensemble; déléguer les tâches; bénéficier des compétences de chacun; impliquer plus les personnes dans l’association.

En pratique :
Rencontres 3, 4, 5, 6 janvier, à Malérargues.
Accueil le 2 janvier au soir.
Le Centre prend en charge l’hébergement et les repas du soir

En 2019, deux nouveaux professeurs Roy Hart. Qui sont-ils ?

Anne-Sophie Masson
Née en France en 1974. Enfance en Normandie, équitation, danse classique, judo… À 18 ans, part dans la rue avec une percussion puis un accordéon diatonique et la voix. Autodidacte, se forme épisodiquement au Roy Hart Théâtre depuis 1999. Travaille dans une compagnie de théâtre à Alès où elle monte différents spectacles. En 2013, après plusieurs longs stages avec le Centre Roy-Hart, elle commence à enseigner le chant. À ce jour, joue souvent sur les routes et dans les rues, écoles, maisons de retraite, centres handicapés… Aime l’improvisation, joue et fabrique plusieurs instruments de musique.

Un moment particulier au cours de ta formation pour devenir professeur Roy-Hart ?
Lors de ma première leçon de chant, on m’a conseillé de faire attention à mes rêves. J’ai noté ce rêve très symbolique: je suis face à une femme que je connais, elle tire un fil qui se trouve dans ma bouche et que je sens passer à l’intérieur de mon corps. Au bout du fil, il y a un plomb, elle l’attrape et me dit: « Ne bouge pas, il y en a un second. » Celui-là s’arrête au niveau de mon plexus et je me réveille en sursaut. Après ce rêve, je ne n’ai plus arrêté de chanter, je venais de trouver ma voix.

Lutz Pickardt
Né en 1965 à Hagen, RFA. Depuis une trentaine d’années, il travaille en tant que metteur en scène et professeur de théâtre dans différents projets, ateliers et stages en Allemagne et en Europe (Hongrie, Autriche, Serbie, Croatie, Grèce, France, Bosnie Herzegovine, etc…) avec un travail plus orienté sur les bases du théâtre physique de Grotowski. Actuellement, il donne des stages et des cours en tant que professeur de théâtre. Egalement formé comme art-thérapeute à la fin des années 90 dans le nord de l’Allemagne, où il rencontre Zwaantje de Vries qui lui fait découvrir le travail vocal Roy-Hart. Depuis 2007, il vient à Malérargues au moins tous les étés et souvent plus.

Un moment particulier au cours de ta formation pour devenir professeur Roy-Hart ?
Oui, beaucoup ! Quelques uns des plus impressionnants se sont produits lors du travail sur mon « personal project », que chaque stagiaire doit développer au cours des années. J’ai découvert et incorporé plusieurs personnages de ma biographie, avec mon corps et ma voix : mon père, moi-même en tant qu’enfant, et jeune homme, et même une adolescente qui vit étonnamment en moi. Sans oublier mon « fils », qui est devenu un narrateur fictionnel de la performance, à la fin – une idée de Ian qui fut vraiment brillante. Tout cela a été un incroyable processus de libération que je n’oublierai jamais.

S’inscrire à la lettre d’information

[sibwp_form id=6]

Archives Lettre d’information